Humble message à mes frères humains

Dans presque tous les pays du monde, une Kaste à volé et vole toutes les richesses en dépit du fait qu’elle a largement de quoi s’accorder un superflu ostentatoire.
Cette kaste est avide, rien ne peut la satisfaire. Au détriment de la vie humaine, de la faune et de la flore, elle dévaste tout. Elle a orchestré, manipulé notre propre complicité inconsciente et involontaire contre nous, peuples de la terre. Elle y a mis des milliards. Elle est arrivée à ses fins. Nous sommes devenus comme elle, privilégiant le superflu à l’essentiel, devenant indifférents à l’autre, paranoïaques et peureux, souvent lâches.
Elle orchestre les divisions partout sous couvert de droits de l’homme. Elle orchestre nos divisions, attise des haines pourtant ensevelies depuis longtemps, elle nous désigne notre ennemi.
Partout où les différentes religions vivaient en paix, elle a travaillé à la naissance de l’intolérance. Partout où la laicité respectait les croyants, elle a largué des bombes.
Partout où les gens vivaient en harmonie, elle a créé la division.
Pour cela, elle s’est servi de notre émotion et de ses médias serviles, d’un conditionnement, harcèlement continus par l’information trafiquée et l’utilisation de l’extrémisme qu’elle a orchestré.
Aujourd’hui, elle est parvenue à étendre sa haine des humains à beaucoup de personnes, qui elles aussi, haïssent à leur tour.
Nos nations sont si anciennes que nous pourrions toujours trouver une excuse pour nous en prendre aux autres. C’est bien là-dessus que compte cette kaste et ce pourquoi elle travaille sans relâche.
Ceux qui sont sacrifiés à l’autel de cette kaste ne sont jamais ceux qui ont décidé les massacres, les agressions dans les autres pays. Les vrais responsables sont toujours épargnés et ce sont les peuples qui souffrent.
J’aimerai dire à mes frères Africains, que je ne suis pas responsable de ce que mes ancêtres leur ont fait. J’aimerai dire au musulmans, que je ne suis pas responsable des actions de gouvernements qui agissent pour leurs propres intérêts. J’aimerai dire aux Russes que je ne suis pas responsable que mon gouvernement soit asservi à l’impérialisme us. J’aimerai dire à mes frères humains de toutes croyances qu’ils ne sont pas responsables de ce que leurs gourvernements font. Bien sûr, on m’opposera la mascarade de démocratie : le vote. Et donc le fait que nous sommes complices.
Que chacun réfléchisse bien et avec honnêté car le système représentatif n’est pas la démocratie.
Nous savons, nous, les peuples comment les candidats se paient de mots et de promesses avant de se payer, littéralement.
J’aimerai que chacun trouve la force du pardon. Je suis moi-même, fille de réfugiés politiques de l’ex URSS, et j’ai pourtant rejoint un pays près de la Russie. En effet tous les gens qui ont causé du tort à ma famille dans des temps pas si anciens, sont morts, aujourd’hui, il serait grostesque que je haïsse la Russie pour ce que d’autres ont fait.
Ne nous trompons pas d‘adversaire, évitons les boucs-émissaires, évitons de nous diviser car nous deviendrons des proies faciles pour cette kaste devenue sociopathe.
En cette veille de la nouvelle année, j’ai l’espoir que les peuples resteront bienveillants les uns envers les autres sans oublier leur devoir qui est de lutter avec le plus grand courage contre cette kaste avide et apatride qui nous hait et travaille à notre perte, à nous monter les uns contre les autres.
De tous temps, seule la coopération nous a permis l’évolution, rejoignons-nous dans une coopération physique et spitituelle pour combattre cette kaste insensible, apatride, aculturée, inadaptée au monde des hommes. Cette kaste qui a tous les traits psychologiques des plus grands psychopathes et tueurs en série.
Bien à vous tous, mes frères humains.
 
Une femme qui vit pieds nus sur la Terre Sacrée
https://youtu.be/7FbUjbPi_GM
 

Archive pour décembre, 2017

Prémices de Noël :

IMG_2420

 

 

 

 

C’est comme ça que je me vois…

Mais,

Parce que j’ai toujours été une personne du « mais »,

Il manque deux chiens et trois chats !

 

CpgtbW8iN9k

 

« dans la maison c’est le bazard,  je suis assis avec le balai et je pense :  l’enlever ou m »envoler ?

 

 

 

 

Falsifications de l’histoire sur Octobre 1917 et fabrication de la russophobie, Annie Lacroix-Riz

 

 

 

c’est pas parce qu’on ne peut pas résoudre toute la misère d’un coup, d’un seul….

Qu’il ne faut rien faire.

Enlever un peu de misère, si chacun faisait sa part…

Y en aurait beaucoup moins.

 

 

 

 

 

 

Les agapes, les SDF et nos lâchetés

A l’approche de Noël et de ses orgies alimentaires,

On voit moins cette partie des Français qui pleurait sur le sort de ses SDF pour s’en servir d’arme d’injustice contre les « migrants »,

Et je sais pas pourquoi,

Mais je ne pense pas voir cette même partie sortir dans la rue apporter à ses SDF bien utiles une part de ces fabuleux repas dont ils ont d’ores et déjà planifié le menu !

 

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

 

 

 

Paul Eluard : LIBERTE, Poésie et vérité 1942 (recueil clandestin)Au rendez-vous allemand (1945, Les Editions de Minuit)

Liberté

Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffée d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté.

 

 

 

Le totalitarisme pervers Alain Deneault

 

 

Macron, « porteur » du pouvoir privé de l’extrême centre – Alain Deneault, Avril 2017 – part 1/2

 

 

La médiocratie.

Femme

IMG_1142

 

 

 

12

Villaines-les-Rochers |
Prostitution : faut-il péna... |
Fo Ville de Bourges |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dans la vie tout est signe
| Pierreapplegallery
| Apple Gallery - iknow