Quand l’intelligence s’unit à la beauté : Xenia Fedorova

à noter, cette façon authentique de nous parler des choses du monde, propre à la Russie, sans mépris ni haine, ni arrogance.

Mon pays la France a vraiment perdu pour longtemps ce qui en faisait un pays aimé, le syndrôme de Peter, l’incompétence, la corruption ont envahit toutes les strates où sévissent mintenant de faux analystes, de faux médias, de faux décideurs.

 

 

 

 

 

 

 

 


Archive pour février, 2018

Donbass, la vie ordinaire : Autour de nous, les Ukrainiens se préparent avec leurs amis américains, canadiens à nous attaquer

L’armée ukrainienne ne parvient pas à faire venir des soldats, sur 140 nouveaux jeunes appelés seulement 4 sont venus, les autres fuient eu UE ou en Russie. Les Ukrainiens normaux ne veulent pas tuer leurs frères. Il n’en va pas de même des bataillons nazis toujours prêts à la barbarie la plus immonde ainsi que des mercenaires qui ont fuit la Syrie ou d’autres contrées où les dollars ne pleuvaient plus et pour ce qui est de la Syrie, bien sûr, ils se sauvent massivement dans une autre région de conflit où il y a du fric à faire en tuant, quand ils ne rejoignent pas l’Union européenne,  aidés par les gouvernements.

En ce moment, ils se massent près de la zone grise avec leurs drapeaux de l’ue, américain et ukrainien et toutes les armes lourdes interdites par les accords de Minsk. L’OSCE ne voit rien, elle a fort à faire dans le Donbass Palace Hôtel…

Des gens sont tués chaque jour, des maisons détruites, des écoles aussi car les nazis aiment terrifier les enfants. D’ailleurs, comme à l’accoutumée, sur leurs obus ils écrivent « pour les enfants du Donbass ». Ces assoiffés de barbarie ciblent les infrastructures indispensables à la vie, l’eau, l’electricité et récemment, ils ont privés les gens de Donetsk d’un réseau de téléphonie, ils ont annoncé qu’ils vont essayer de priver le Donbass de communications afin de mieux assassiner les gens, à vrai dire, ils n’ont pas besoin de ça : les médias ont décidé une omerta terrifiante sur ce qu’il se passe ici.

Ces médias complices des plus grandes horreurs dans le monde entier, pas seulement ici, ces médias qui ont pris partie partout pour les plus affreux tueurs en série, les mercenaires.

Malgré cela, le Donbass se reconstruit. Des usines ouvrent, et pas seulement pour le matériel, usine pour construire de nouveaux bus ; il y a aussi des projets novateurs comme la plantation de tomates en permaculture et l’élevage de poulets. Ici, la nourriture est bonne, beaucoup moins trafiquée qu’en union européenne et il n’y a pas besoin d’acheter un poulet fermier pour que la chair tienne aux os, le porc aussi est très goûtu quand aux fruits et légumes, c’est un régal que d’en voir de toutes les tailles et couverts de cette belle terre noire propre au pays. Ah ben on n’a pas d’ananas quand ce n’est pas la saison, pas de Kiwis, pas d’acvocats mais on n’en meurt pas, c’est dingue, non ? ;O)

Les gens vivent normalement comme si la guerre ne couvrait pas leur horizon de son parfum de sang.

Bien sûr, les morts ne sont pas oubliés mais les gens ici ne se complaisent pas dans les lamentations, ils regardent  et se dressent courageusement debout devant leur avenir.

Ils connaissent le prix de la lutte et sa récompense : le droit de vivre libre et de choisir leur destin.

Et puis surtout, ils ont ce réflexe : laisser derrière eux ce qui est mauvais et ne pas nourrir de rancune.

Ils n’oublieront jamais ce que l’Ukraine leur a fait mais ils se refusent à se nourrir de ressentiment.

J’admire cette force et cette propension à vivre  chaque jour sans un poids du passé qui les empêcheraient d’aimer pleinement ce qui leur est offert, la vie, sacrée ; le sourire des enfants ; le soleil qui se lève ; les chants, les danses ; l’amour de leurs proches.

Leur choix comme ils me le disent de laisser derrière eux les choses moches pour bien voir les belles choses.

 

26168571_131070531023398_1374921570082554609_n

 

 

 

 

Donbass la vie ordinaire et extraordinaire : je veux vivre

Au coeur de l’Europe, des enfants s’entraînent pour être en sécurité en cas de bombardement….Ailleurs en Europe, même les adultes n’ont pas la moindre idée des premiers gestes à faire en cas de telles attaques.
La guerre du Donbass continue, les médias occidentaux n’en parlent presque pas…Chaque nuit, des enfants s’endorment terrifiés sous les bombardement de l’Ukraine jamais montrée du doigt par les soi disantes démocraties occidentales…

 

https://vk.com/videos-5158073?z=video-5158073_456244880%2Fvideos-5158073%2Fpl_-5158073_-2

 

Screenshot-2018-2-20 Vidéos de В Макеевке В Донецке Новости Опер Сводки(1)

 

 

 

 

Donbass la vie ordinaire et extraordinaire: le pardon

Dans la culture russe, très liée à la foi, il y a une chose de fondamentalement différente de notre culture, le jour du pardon, c’était hier dimanche 18 février. On demande pardon à ses proches, tout simplement, et cela même si on ne les a pas consciemment afligé. Pour pardonner, il faut être fort, très fort. Sans le pardon, je pense qu’une société ne peut pas avancer.

В русской культуре, тесно связанной с верой, есть фундаментальное отличие от нашей культуры – День прощения, он был вчера, в воскресенье, 18 февраля. Просят прощения у близких, буквально, даже если нечаянно огорчил. Для того чтобы простить, нужно быть сильным, очень сильным. Без прощения, я думаю, общество не может продвигаться вперед.

Traduction M.Goubkine

 

IajYrJJDKMw

 

 

 

Françoise Hardy – L’amitié (1967)

 

 

 

Donbass la vie ordinaire et extraordinaire : à la gloire de nos amis à quatre pattes !

À la gloire des héros à quatre pattes qui par amour et fidélité accompagnent les soldats, les démineurs sur les lieux de conflits guerriers.
Tout comme l’Occident oublie les petits enfants et ne leur fait pas de monument, il oublie aussi ces compagons à quatre pattes et ne leur dédie aucun monument. À l’heure où on essaie de faire passer les Russes pour des gens déshumanisés, les preuves du contraire sont nombreuses : des plaques commémoratives, des chants pour louer les innocents, les enfants et les héros à quatre pattes compagnons de toutes les infortunes. Combien de vies sauvées par ces boules de poils à la fidélité légendaire !

 

 

 

Les hommes : à quoi sont-ils bons ? Dmitry Orlov

« La différence peut être observée chez les garçons et les filles dès l’âge de deux ou trois ans. Les filles se comportent bien, ou au moins mieux, parce qu’elles veulent plaire. Les garçons peuvent bien se comporter parce qu’ils veulent plaire aux autres, mais si cela ne fonctionne pas, alors ils feront ce qu’ils veulent, parce qu’il est important pour eux d’être obstinés et de faire ce qu’ils veulent. Un garçon écoutera typiquement maman et papa à condition que papa ait le dernier mot. Si maman a le dernier mot, alors papa est plus susceptible d’inspirer pitié plutôt qu’obéissance ou respect.

Un homme qui ne se sent pas maître de sa propre famille a peu de chances d’obtenir le respect des autres hommes, ce qui rend la situation dangereuse pour la femme : si son homme n’est pas respecté, elle le sera encore moins. Ceci est particulièrement important lorsqu’il s’agit de contrôler les jeunes hommes. Une grande partie du problème des migrants qui tournent mal, actuellement en Europe de l’Ouest, c’est qu’ils sont surtout des hommes jeunes, d’âge militaire, mais où sont leurs officiers − pour les former, les discipliner et leur donner des ordres ? Les rares hommes plus âgés parmi eux sont soit de statut tout aussi bas, soit tentent d’acquérir un statut en devenant des insurgés, des radicalisateurs et des corrupteurs de la jeunesse. Le respect masculin est un bien précieux.

Un homme faible qui est méprisé et dominé par sa femme est complètement inutile, tandis qu’un homme faible qui jouit au moins de l’apparence d’obéissance inconditionnelle de sa femme peut être capable de cacher sa faiblesse assez bien pour que les deux puissent survivre.

Telles sont donc les principales fonctions d’un homme déterminé à survivre après l’effondrement : réparer les choses lorsqu’elles sont cassées ; naviguer dans le dangereux environnement post-effondrement ; aller de l’avant et se procurer tout ce dont il a besoin pour survivre ; garder les jeunes hommes en droite ligne ; et protéger sa famille, au prix de sa propre vie si besoin. »

Lire le texte ici : http://lesakerfrancophone.fr/les-hommes-a-quoi-sont-ils-bons

 

Pour ma part, à l’heure présente, je considère comme complètement superficiels et débiles les bagares des transgenres et autres féministes, et en général, de tous les groupes LGBT MGB etc…. etc… etc…qui il me semble, n’arrivent plus à depasser les stades de l’adolescence quand cela n’est pas de la pré-adolescence. Il y a des choses bien plus terribles et bien plus graves qui se passent et qui devraient attirer prioritairement l’attention de toutes ces personnes. Hélas, en boonnes personnes complètement immatures, elles préfèrent s’étriper sur ces sujets.

À  l’heure des plus grands dangers et pour notre planète et pour ses habitants, ces écervelés sont décidément des personnes si immatures qu’on ne peut compter sur elles pour RIEN du tout !

L’égoisme mais plus encore l’égotisme est leur modus vivendi et un égoiste en cas de danger, ne survit pas longtemps, un égotiste encore moins.

 

 

 

Mon très cher ami Mikhail

Autodidacte, il a appris à jouer du piano seul !!!

 

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

https://vk.com/videos358121801?z=video23114706_456239318%2Fpl_358121801_-2

 

 

 

Hommage à M.Robert Parry :

« L’un de mes premiers souvenirs, en fait, a été celui de mon père sur le point de partir en mission au début des années 1980 dans les zones de guerre du Salvador, du Nicaragua et du Guatemala. Il nous a averti qu’il allait dans un endroit très dangereux et qu’il y avait une possibilité qu’il ne revienne pas.

Je me souviens de lui avoir demandé pourquoi il devait partir, pourquoi il ne pouvait pas rester à la maison avec nous. Il a répondu qu’il était important d’aller dans ces endroits et de dire la vérité sur ce qui s’ y passait. Il a mentionné que des enfants de mon âge étaient tués dans ces guerres et que quelqu’un devait raconter leur histoire. Je me souviens avoir demandé : “Des enfants comme moi ?” Il a répondu : “Oui, des enfants comme toi.” »

https://www.les-crises.fr/deces-de-robert-parry-1949-2018/#comment-493937

 

Hommage à M.Robert Parry : dans Tous droits réservés aux auteurs. parry

 

 

 

 

La semaine des quatre jeudi

26904503_10208417411152568_2309110612093960617_n

 

 

 

12

Villaines-les-Rochers |
Prostitution : faut-il péna... |
Fo Ville de Bourges |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dans la vie tout est signe
| Pierreapplegallery
| Apple Gallery - iknow