Je rêve de ces bras

Qui m’entouraient, petite,

Un baiser posé sur mes cheveux d’un blond vénitien.

Un serrement,

Et puis, un oubli de tout sauf de cette embrassade, ponctuelle, intense, parternelle, fraternelle.

Embrassades dont, je le pense, nous manquons, tellement.

Mortellement.

 

 

 


Archive pour octobre, 2019

Où allons-nous maintenant ?

Nous avions, ou avons pour encore un peu de temps, cette arme invincible des cotisations pour vaincre tous les aléas de la vie.

L’orque financier nous regarde comme un phoque, une proie.

À ses ordres, un bataillon de « pêcheurs », tous plus voraces les uns que les autres.

Au privé, nos cotisations seront largement augmentées pour des services moindres.

Au public, l’État est complice de la destruction de l’emploi et donc de  la destruction de la volonté populaire de se prémunir contre les aléas de la vie puisque moins de cotisations entraîne irréversiblement moins de protection.

L’État n’assure plus ni la protection de son peuple, ni la protection des acquis contratuellement signés en vue d’améliorer la vie de ce même peuple.

L’État assure seulement les directives de Bruxelles ou « recommandations ». Directives oblitérées par les lobbies, agissant comme des sangsues sur le moindre petit député européen qui traîne par là, perdu dans les couloirs de sa quasi impuissance : il ne sert qu’à une chose, affimer par son vote la légitimé du moindre « machin ».

 

 

 

 

Loin des yeux…

Malgré la distance parfois grande entre les êtres,

Entre deux êtres mais aussi entre tous les êtres,

Il arrive que des  choses se vivent de manière intense et de façon partagée.

C’est le courant collectif qui nous entraîne et notre manière d’y « nager » qui déterminent où finalement ira le courant.

Aujourd’hui, je pense qu’une majorité d’êtres humains ne se résigne plus à seulement nager, elle va lentement mais sûrement atteindre une berge où se reposer.

 

Pour ce qui est d’être à deux,

Je pense que vous avez pu le vérifier lorsque ausssi bien en amour qu’en amitié,

De troublants phénomènes se produisent par exemple,

Partager une photographie sur le net et lire ensuite votre ami vous écrire qu’il entend la cloche de cette église depuis la maison où il vit  l’été,

L’ami au loin, l’ami si proche malgré l’éloignement,

Les gens au loin, non pas des étrangers mais habitants également de cette même gigantesque île accrochée telle une étoile quelque part dans l’univers. 

L’amour au loin, celui des familles qui partout s’aiment pareil,

 

« Ne laisse pas faire aux autres ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse à toi et à ceux que tu aimes »

 

 

 

 

Les âges de la main

Petite, ma menotte bien enveloppée de ta main rugueuse papa, je marchais dans les chemins de l’innocence, forte, protégée.

Adolescente, ma main bien serrée dans la tienne, Yann, nous virevoltions sur des airs de rock.

Mère, la main de notre petit, minuscule, que nous adorions couvrir de baisers.

Grand-mère, l’empreinte de ta main et la mienne prises dans la pâte-à-sel, décorées.

Aïeule, je cherche du regard ma canne qui la plupart du temps ne quitte plus ma main,

De multiples mains s’affairent pour m’entourer de douceur, de tendresse.

Coton.

478b14fe

 

 

 

 

A découvrir

 

 

Sans l’amour, pour soi les autres

Sans votre amour, sans l’amour universel, où en serait ce monde ? avec l’égoîsme comme vertu comme le prône le modèle américain qui a si peu d’âge, le monde serait l’enfer !

 

amour-de-notre-vie

 

 

 

 

PING-PONG PING-PONG

Sur le site de mon bailleur, il est écrit que le chauffage sera mis en route au plus tard le 4 Octobre,

Nous sommes le 9 et…

ça caille.

Pas de chauffage donc !

Je téléphone au servvice technique qui me renvoit à  l’organisme chargé de mettre le chauffage,

Ce dernier me renvoit à mon bailleur car il n’a eu aucun ordre de mettre le chauffage,

Retéléphone ( à mes frais) à mon bailleur qui…me renvoit à la société de chauffage qui me renvoit à mon baileur qui me renvoit…

Bref, je sais pas pourquoi, ma main me démange curieusement de semer des bonnes grosses baffes bien grasses.

Et pendant ce temps, je me les gèle….

Quand j’étais à Donetsk, un seul coup de téléphone m’a suffit pour connaitre la date et l’heure de la mise en route du chauffage et cela est intervenu exactement à la bonne date et la bonne heure,

Mais il faut dire que ça doit être plus facile à Donetsk vu que c’est un pays en guerre…

 

En plus, à Donetsk, je payais le prix coûtant de mon chauffage au gaz et de mon eau chaude me coûtait par mois 1 euros 35.

J’ai fait le calcul par raport au nveau de vie français et au lieu de 70 euros par mois, si une quelque honnêteté existait, le tarif serait de à peine 19 euros….

Bref, vive les démocraties où comme chaun le sait, le citoyen est totalement respecté et absolument jamais racketté !

 

 

 

 

Thierry Meyssan / Jean Loup Izambert / Gearoid O’Colmain sur les attentats de Paris / Meta TV 1/2, mais pas que

 

 

 

 

Villaines-les-Rochers |
Prostitution : faut-il péna... |
Fo Ville de Bourges |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dans la vie tout est signe
| Pierreapplegallery
| Apple Gallery - iknow